2017, Année internationale du tourisme durable.

Les Nations Unies proclament 2017 Année internationale du tourisme durable pour le développement, qui devrait favoriser un changement au niveau des politiques, des pratiques d’entreprise et du comportement des consommateurs pour promouvoir un secteur touristique plus durable.

Le tourisme durable ou solidaire s’engage activement envers l’environnement et la culture autochtone en tentant de réduire au maximum son impact sur ces derniers, tout en contribuant à générer des revenus et des emplois pour la population locale.

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) définit le tourisme durable comme « un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil ».

Cette commémoration offre une excellente occasion d’analyser l’impact du changement climatique sur le tourisme, de progresser en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur et de multiplier les efforts d’adaptation face aux impacts inévitables déjà observables du réchauffement global.

Chaque année, plus d’un milliard de touristes voyagent à travers le monde en générant des emplois et des ressources pour des millions de personnes. Le tourisme est un secteur clé pour l’économie des pays développés et en voie de développement, aussi bien sur le plan local que national.

Un climat stable est essentiel pour pouvoir garantir le bon développement de l’activité touristique, par-dessus tous les secteurs d’activité. Le secteur touristique subit les effets, chaque fois plus graves, du changement climatique, tels que les orages, les vagues de chaleur, le manque d’eau, l’élévation du niveau de la mer qui menace les complexes hôteliers côtiers ou le manque de neige qui affecte les stations de ski.

L’Organisation mondiale du tourisme estime que « le tourisme est responsable de 5 % des émissions globales de dioxyde de carbone (CO2). De ces 5 %, l’empreinte carbone des établissements hôteliers, qui inclut notamment le chauffage et la climatisation, le refroidissement des bars et restaurants et la climatisation des piscines, représente 20 % du total ».

Que ce soit l’avion, la voiture ou le train, le transport touristique génère le plus haut pourcentage d’émissions du secteur. Il est important de souligner qu’il est possible de réduire les émissions produites par le transport en privilégiant l’usage du train pour les voyages continentaux.

Face à ce panorama, nous devons prendre conscience de la gravité de la situation et tenter de contrecarrer tous les aspects négatifs affectant tous ceux qui, comme nous, travaillent dans le secteur touristique, en nous engageant activement pour assurer notre avenir.

Je vous souhaite d’excellentes vacances à tous, et à très bientôt, en septembre !

Carme Balliu.

Vive le Glamping !

Le secteur du camping s’est développé au fil des ans, donnant naissance, il y a quelques temps déjà, à ce qu’on appelle le glamping, concept que nous abordons dans ce billet.

Le Glamping, ou glamorous camping, est un phénomène en pleine expansion globale qui mêle l’expérience du camping en plein air au luxe et aux caractéristiques des meilleurs hôtels. Le mot-valise, créé à la fin du XIXe siècle est l’amalgame de « glamour » et de « camping ».

Le Glamping est une nouvelle tendance qui permet d’organiser des voyages en pleine nature sans renoncer au confort d’un hôtel car, camper avec glamour est désormais possible !

Ce que l’on appelle le phénomène glamping peut nous offrir des cabanes dans les arbres, des yourtes, des tipis, des coupoles, des igloos, des cabooses, des granges, des éco-pods, ou igloos en bois, et des tentes safari, entre autres types de logements. Voyons brièvement à quoi correspond chacun d’eux.

Les cabanes dans les arbres ne sont plus réservées seulement aux enfants ! Il s’agit d’une structure typique en bois, perchée en haut de l’arbre et qui se sert des formes du tronc et des branches les plus solides pour former un espace horizontal.

Les yourtes, autrefois construites pour supporter les longs hivers de Mongolie, se composent d’une large base cylindrique sur laquelle reposent des sections expansibles sous forme de jalousie en bois.

Le tipi, qui remonte aux indiens nomades d’Amérique, est une structure ingénieuse et simple combinant quelques matériaux nobles. Le squelette de la structure se compose de poteaux en bois placés en triangle et attachés par le haut.

Les coupoles sont des structures modernes en forme de dôme. Elles peuvent être construites avec différents matériaux, notamment le bois, le fer et l’acier ou bien en toile PVC-polyester à haute résistance de dernière technologie.

L’igloo est une maison en forme de dôme, généralement construite avec des blocs de neige solide. Il s’agit de l’habitat traditionnel des Inuits, le peuple autochtone des régions arctiques du Groenland, du Canada et des États-Unis.

Les cabooses servaient jadis de logement dans les trains. Placés en queue des trains de marchandises, ils avaient de nombreuses fonctions, dont celle de refuge pour l’équipage et les autres passagers.

À l’origine, les granges étaient les bâtiments agricoles dans les exploitations où étaient stockées les cultures destinées aux bêtes, notamment aux vaches, aux porcs, aux poulets et aux chevaux. Mais ces granges ont fait peau neuve pour devenir des logements très confortables et luxueux.

Les éco-pods sont la dernière tendance glamping ; Entièrement en bois, ils sont construits de toutes pièces avec les ressources locales, naturelles ou recyclées. Les éco-pods sont parfaitement isolés contre le vent et la pluie, l’intérieur conservant une ambiance chaleureuse et accueillante.

L’idée de la tente safari a surgi il y a probablement plusieurs siècles. Les rois, les nomades, les chasseurs et les touristes ont tous fait bon usage de ce logement sensible et transportable. Aujourd’hui, les tentes safari sont le principal logement dans les safaris africains de luxe.

Le Glamping d’eau implique une structure flottante, placée soit sur l’eau directement soit au-dessus du niveau de l’eau, au moyen de colonnes ou de piliers, selon le type : maison flottante ancrée, yacht ou cabane flottante.

Qui décide de choisir cette destination ?  65 % des utilisateurs et followers dans les réseaux sociaux de ce type de logements sont des femmes ayant entre 25 et 45 ans. Ce sont généralement elles qui prennent la décision de tester ce genre d’expérience.

En définitive, cette tendance est là pour démontrer que camper en pleine nature n’est pas incompatible avec une grande dose de sophistication.

Cela vous tente d’essayer cet été ?

Tourisme responsable, les voyageurs « millennials »

Le post d’aujourd’hui est dédié aux voyageurs de la génération millénial, les jeunes nés entre 1980 et 2005, et pourquoi à eux, parce qu’ils représenteront dans l’avenir proche la moitié du tourisme atteignant un total de 320 millions de touristes. Ces jeunes cherchent à se plonger dans d’autres cultures, à découvrir de près les coutumes de la population locale et des destinations exotiques, leur grand slogan étant le suivant : voyager fait partie de l’expérience.

Leurs destinations sont souvent des sites traditionnels, proches de la nature, et donc moins protégés. Ainsi les entreprises du secteur touristique doivent développer des projets durables pour éviter de causer des effets destructeurs sur leurs destinations. Comment pouvons-nous éviter cela ? La solution consiste à développer des pratiques durables ; le tourisme durable est un tourisme où l’engagement réside dans le fait de réduire au minimum l’impact sur l’environnement et la culture locale.

Les « millennials » ressentent un grand désir de partager tout ce qu’ils voient et ils le font de façon plus originale et plus étonnante, ils veulent montrer des endroits différents, des plats originaux, des paysages impressionnants et des scènes de la vie locale, tout ceci via leurs propres médias sociaux. Voilà pourquoi, nous devons favoriser la prise de conscience concernant les pratiques durables puisque les millennials  influent sur les tendances de voyage par leur mentalité de préservation de l’environnement. L’industrie du tourisme doit répondre aux exigences qu’ils respectent et revendiquent,  proposant des produits et des services adaptés à leur cause et qui la respectent pour éviter des réactions négatives à des pratiques non durables dont ils pourraient être témoins.

C’est pourquoi, étant consciente des bonnes pratiques des millennials, la société Balliu propose des produits 100% recyclables dont les processus de fabrication respectent l’environnement, ce qui est confirmé par notre norme ISO 14001.

 

Nous continuons d’avancer vers un monde meilleur.

Les classiques reviennent, nostalgie du passé.

Les classiques reviennent, nostalgie du passé et minimalisme de luxe.

Nous avons visité un fois de plus deux salons du design industriel dans notre secteur.

Heimtextil a été l’occasion de visualiser toutes les innovations et tendances dans le monde du textile. Le slogan de cette année, « Explorations », a invité les participants à un voyage à travers les sens. Nous pouvons mettre en évidence quatre styles qui seront les plus en vogue cette année pour habiller locaux et restaurants.

Le style «Abissi», inspiré des profondeurs maritimes, offre des couleurs sous-marines provenant du bleu, du corail et du rose.

Le style « Nature et artifice », qui mélange des éléments empruntés à la végétation et des éléments de haute technologie. Des contrastes apparaissent avec des couleurs vertes et grises et des touches d’orange pour casser cette symphonie.

Le style « Psico bit » qui offre un voyage hallucinant avec un effet arithmétique par le biais de couleurs violentes comme le jaune, le rose vif, le violet et le vert citron.

Et enfin le « Africa Punk » qui réunit la nature et l’espace urbain. Les couleurs qu’utilise ce style sont le jaune, le rouge et le grenat.

Les imprimés végétaux aux motifs naturels comme les fleurs, les branchages et les paysages, ainsi que la faune amazonienne, les flamants, les toucans, les perroquets et les tigres, seront les propositions les plus en vogue cette année.

Lors du Salon de l’immobilier de Milan nous avons pu observer des designs élégants et sophistiqués, des meubles basiques aux formes simples et aux couleurs chaudes, misant sur des produits sûrs et classiques.

Les principales entreprises du secteur se sont distinguées par le renouvellement de designs existants en démontrant leur goût pour l’intemporel. Nous ferons ainsi remarquer le tabouret Dream Machine du designer Eugeni Quitllet ou également sa chaise Ibiza, inspirée des designs traditionnels. La légendaire chaise Thonet, grand classique du mobilier, a été réinventée tant au niveau de la forme que sur celui des finitions en offrant un résultat sophistiqué.

Les matériaux textiles sont guidés par des modèles élégants aux tons neutres suivant l’influence de la mode que nos avons pu observer à Heimtextil.

Les matériaux métalliques sont toujours tendance, utilisés aussi bien pour des supports que des surfaces.

Et enfin, nous découvrons le meuble le plus vu lors de l’exposition : le canapé.  Le choix de ce meuble indique la création d’un lieu de réunion qui éveille un sentiment de confort et de sécurité. Nous l’avons vu sous différentes formes, tailles, couleurs et finitions, mettant en évidence l’aspect modulable pour faciliter l’assemblage des pièces selon son emplacement.

En suivant ce principe, cette année nous avons présenté une collection d’inspiration vintage.  Il s’agit d’un ensemble de canapés modulables inspirés de l’esthétique des années 70, aux formes arrondies faisant référence à la nature.  Avec ses couleurs neutres et élégantes, il s’intègre dans l’environnement et crée une parfaite cohabitation évoquant nature et harmonie. Pour les plus audacieux, vous pouvez ajouter une note de couleur, avec des coussins aux finitions géométriques différentes et aux couleurs plus vives, qui apporteront personnalité et caractère à cet espace.

Un indispensable pour les couchers de soleil estivaux.

 

Le moment est venu de tout rénover !

Après avoir passé une bonne année dans le secteur, l’hôtellerie pariera sur la rénovation de ses installations afin d’offrir à ses clients plus de confort et d’élégance.

Les terrasses et les piscines seront transformées pour offrir de plus en plus d’espaces ludiques et relaxants en fonction des besoins des utilisateurs.

La clé réside dans le fait de trouver le style idéal afin de s’adapter à chaque besoin. C’est pourquoi réaliser une sélection adaptée des meubles d’extérieur demeure un aspect fondamental.

Les produits devront apporter une touche design et moderne, délaissant les modes éphémères pour une mode intemporelle et favoriser ainsi leur longévité.

Dans notre nouveau catalogue, vous pourrez trouver une large gamme de couleurs, plus chaudes pour des ambiances plus zen ou des couleurs vives pour des lieux au style plus « cool », tel que le nouveau transat Iris à la silhouette innovante en aluminium afin d’offrir les garanties maximales de fonctionnalité et de durabilité.

Pour finir, le meuble de l’année sera le tabouret, accompagnant les comptoirs plus chic des terrasses et des bars, y compris des plages, c’est pourquoi nous avons agrandi notre collection Diana avec un tabouret en aluminium que vous trouverez dans une large gamme de couleurs afin de l’associer à différents types d’ambiances.

Mes meilleurs vœux pour cette saison 2017!

Avec mes meilleurs vœux

Carme Balliu